Fédération Francophone Belge de Judo
Accueil    |   FFBJ    |   Communication   |   F.A.Q. FFBJUDO4YOU

F.A.Q. FFBJUDO4YOU

Différentes questions ont été posées le 13 mai dernier, lors de la présentation des actions de déconfinement.
Par souci de clarté, nous les avons regroupées par thèmes.
Vous en trouverez les réponses ci-dessous.

Pour mémoire, ces actions ont été soumises à madame la Ministre des Sports et à l’Adeps pour validation.
Dans l’attente de cette validation, nous ne pouvons qu’insister sur l’extrême prudence à apporter aux actions de déconfinement en clubs.
Tant qu’à présent, nous sommes encore et toujours en phase 1.
La phase 2 devra faire l’objet de précisions de la part des autorités nationales.

Certains parmi nous auront lu ou entendu que le nord du pays a d’ores et déjà pris des dispositions plus volontaristes.
A notre connaissance, ces dispositions n’ont été validées ni par les autorités nationales, ni par le Conseil National de Sécurité.
La position de notre fédération est de s’adapter strictement aux consignes de notre pouvoir de tutelle : madame la Ministre des Sports et l’Adeps.

Volet 1 : Quid de la vitesse de réactions fédérales face aux mesures de confinement et déconfinement ?

La présentation a permis de retracer une ligne du temps claire.
Notre fédération a, dès le début du confinement, fait en sorte de permettre aux clubs de réagir face à la pandémie.
Comme toutes les fédérations et toutes les organisations en général, elle a été confrontée à un phénomène soudain et totalement inédit.
Il est donc normal qu’elle ait eu à trouver ses marques.
Effectivement, une rencontre virtuelle telle que celle de ce mercredi 13 était initialement prévue le 27 avril.
Des différences de point de vue ont eu pour conséquence qu’une autre piste a momentanément été choisie.
En fonction des sports pratiqués, les plans de déconfinement s’avèrent plus ou moins complexes.
Par la nature même de notre sport, nous avons privilégié la prudence face à la précipitation.

Volet 2 : Comment peut-on être informé(e) des initiatives fédérales en matière d’entraînements virtuels ?

Des entraînements de ce type sont effectivement déjà organisés et le seront de manière régulière.
Nous avons choisi de communiquer ces informations au travers des réseaux sociaux, mais aussi via les responsables de clubs.
Certaines manifestations n’ont peut-être pas été annoncées avec suffisamment de force.
Nous avons conscience que nous pouvons et devons améliorer le transfert d’information.

Volet 3 : Comment peut-on transmettre des capsules vidéos et quelles seront leur utilisation ?

Plusieurs capsules nous sont déjà parvenues. Grand merci à leurs auteurs.
Pour transmettre les capsules vidéos, le plus simple est actuellement de nous les envoyer à info@ffbjudo.be.
Chaque capsule répondant aux critères prévus, sera publiée par ordre d’arrivée.
Au-delà des critères de publication "tout public", certaines capsules peuvent rassembler des qualités pédagogiques spécifiques.
La commission de l’éducation prendra alors contact avec les auteurs pour en faire un outil à l’usage des détenteurs et détentrices d’un titre Adeps.

Volet 4 : Comment s’y retrouver dans les avis scientifiques parfois divergents en matière de précaution sanitaire ?

Il est vrai, notamment en matière de port du masque, que des avis différents s’affrontent parfois.
Nous avons choisi de donner aux pratiquants un maximum de gages de sécurité, sans prise de risque.
Les règles de distanciation (masques, distance,…) seront détaillées dans les instructions aux clubs.
De manière générale, la position de la fédération est très claire.
Il ne peut pas y avoir de compromis face aux décisions des autorités publiques.
Qu’elles soient fédérales, régionales, communautaires ou communales.
Le plan fédéral de déconfinement tient compte des exigences fédérales, régionales et communautaires.
Chaque club doit, en outre, répondre aux impératifs édictés par sa propre commune.
Si des imprécisions ou des zones d’ombre subsistent, les responsables de clubs doivent agir avec beaucoup de prudence.
Le fait par exemple de faire signer une décharge à ses pratiquants peut être une précaution non négligeable.
Il n’est certainement pas une protection totale contre un éventuel recours en justice.